C’est un peu l’histoire d’un homme qui ne s’est pas autorisé à ouvrir la vanne de sa créativité. Un homme qui a préféré offrir sa créativité au service des autres plutôt que s’autoriser à exposer ses œuvres. un homme qui, lassé d’être au service des autres a par 3 fois radicalement changé de réalité, d’objectif, de cap…

Cet homme, c’est moi.

Musicien à Paris à l’époque, je ne composais pas, ou peu. Amusant de constater avec un peu de recul que les rares fois où j’ai composé se sont traduites par des succès médiatiques… Malgré cette constatation, impossible à l’époque de composer; Mon esprit me faisait croire que « ce n’était pas original » et j’ai compris bien après que je ne serais jamais véritablement surpris par ce qui sort de ma caboche…

En découvrant Transurfing grâce à Tanya Sakovich il y a deux ans et demi, j’ai été surpris au fur et à mesure de la traduction par les liens avec le modèle de Jacques Fradin élaboré à partir des neurosciences et pour lequel je m’étais formé. J’ai rapidement proposé à Tanya d’intégrer une explication des quatre centres de décision du cerveau dans le trajet Transurfing ainsi que deux outils de l’ANC parfaitement adaptés pour faire baisser l’importance…

Puis l’idée m’est venue d’aller plus loin… NeuroQuantis arrive…

Avec pour toute certitude l’intuition qu’il fallait le faire, j’ai réservé il y a un an une salle au Hameau de l’Etoile, magnifique endroit en plein milieu des Cévennes près de Montpellier, pour y animer le « séminaire de l’Observateur » ; sans trop savoir comment il allait se dérouler mais confiant qu’il y avait déjà suffisamment de lien entre le préfrontal de l’ANC et l’âme de Transurfing pour formaliser le concept par la suite…

Entre temps, Etienne Mouthon, français résidant en Suisse et participant du second trajet Transurfing à Bruxelles, s’était demandé ‘comment sortir Transurfing du rayon ésotérique’ et m’avait suggéré de l’ouvrir à l’entreprise en y incorporant l’ANC… Faut-il y voir un premier signe ? Quatre jours après notre entrevue, à partir d’un simple résumé de ce que pouvait être « NeuroQuantis », j’avais l’accord de mon éditeur pour la publication en septembre 2012 d’un livre que j’allais ensuite écrire en deux mois — tout était déjà là…

Concevoir l’Observateur…

J’ai ensuite commencé à concrétiser l’atelier résidentiel de l’Observateur et au fur et à mesure de sa conception, il m’apparaissait évident que les 6 jours allaient être riches ; d’autant plus riches que j’allais avoir l’opportunité de rencontrer Jacques Fradin quelques semaine plus tôt… une fois au Hameau de l’Etoile, sous l’emprise du trac, j’ai récité toute l’introduction du séminaire durant toute la nuit, un peu comme avant de monter sur scène devant plusieurs milliers de spectateurs lorsque je jouais avec Maxime le Forestier ou Sheila dans les années 80…

Le séminaire débute…

Le séminaire a débuté dans un mode préfrontal ; sans y accorder plus d’importance, je me réservais la possibilité de modifier l’ordre des exercices, voire de les changer de jour, ce qui s’est passé, comme vous pouvez le deviner…

Ma plus grande surprise réside sans aucun doute dans les enseignements qu’en ont tirés les participants ; ceux-ci dépassent de loin ce que je pouvais attendre de mieux à partir des exercices proposés et reflètent une pure compréhension des principes de Transurfing…

Evocations de sérénité, de compréhension de soi, de claire vision du but, des désirs de l’âme et des conditionnements de l’esprit ainsi qu’un grand nombre de mots qui ne laissent aucun doute sur la profondeur de l’apprentissage : « je me suis vu connecté à toute la nature, je me sens rempli de confiance et d’amour, j’ai pris conscience que nous ne sommes qu’un, etc. »

Je suis sidéré de voir à quel point se retrouver dans le moment présent de la position de l’Observateur permet à ce point une telle compréhension de soi : Le mental s’est tût et laisse place à la vision lucide…

Les enseignements…

Alors, Quel enseignement ai-je tiré de cette expérience ? Il y a toujours du merveilleux à découvrir en allant de l’avant, en prenant des risques, en sortant de la zone de confort… Des surprises, des synchronicités, de la nouveauté, de la création, des opportunités, des rencontres…

Je me sens avoir pris ma place, conformément à ce que me disait un ami il y a 7 semaines à peine lors d’une séance d’étiothérapie…

Autant NeuroQuantis avait été conçu avec Etienne pour le milieu de l’organisation et de l’entreprise, autant il m’apparaît clairement que cette démarche s’applique tout autant à l’individu et qu’il est tout à fait pertinent de perpétuer ce séminaire résidentiel étonnant…

NeuroQuantis est né ; il ne part de rien et semble pourtant bien né ; je reçois régulièrement des signes qui me confortent sur le principe que les neurosciences  constituent une porte ouverte au saut quantique proposé par Transurfing et que mon intuition de base est bien accueillie.

Alors, loin d’une poussée d’égo qui ne serait qu’une importance mal placée, c’est au contraire une joie profonde alliée à la gratitude que je ressens envers Tanya avant tout, ainsi qu’envers Jacques Fradin et Vadim Zeland. Vous m’avez à vous trois permis de trouver la porte à travers laquelle me réaliser, en parfait accord avec mes convictions sur l’humain…

Alors merci, du fond du cœur…